CEBEDEAU • BeFlow : la métamorphose en boue granulaire - de la recherche appliquée à la mise à niveau des stations à boue activée.

Étude de cas

BeFlow : la métamorphose en boue granulaire - de la recherche appliquée à la mise à niveau des stations à boue activée.

La problématique

Les procédés épuratoires par biomasse aérobie granulaire développés depuis de nombreuses années reposent sur un fonctionnement séquentiel (SBR). Cette approche séquentielle interdit une alimentation continue du réacteur biologique. Or, l’arrivée d’eaux usées dans certaines stations d’épuration se fait de façon ininterrompue et le débit ne peut être anticipé. A moins de disposer d’une capacité tampon démesurée, ce procédé était donc peu adapté aux eaux résiduaires municipales, raison pour laquelle une grande majorité de nos stations fonctionnent en flux continu.

Le projet

BeFLOW® est la deuxième concrétisation des recherches conduites au sein du CEBEDEAU sur la boue granulaire, en partenariat avec la société John Cockerill. Le défi de la recherche était de réussir à développer de la boue granulaire pour des stations à boues activées fonctionnant en mode continu, avec des eaux urbaines plus diluées. Ce qui n’existait pas à ce moment : en rénovation, les seules applications granulaires consistaient à transformer les stations classiques en stations séquentielles.

Tout cela fut développé pendant plusieurs années au CEBEDEAU sur des pilotes jusqu’à 500 L avant d’être appliqué en conditions réelles sur des plates-formes de plusieurs dizaines de mètres cubes.

Le résultat

John Cockerill propose désormais un procédé particulièrement adapté aux stations d’épuration municipales de moyenne à grande capacité (> 10.000 EH). Ils se positionnent sur des nouvelles installations et sur des augmentations de capacité de stations à boue activée existantes. Dans ce cas, ils proposent de convertir les ouvrages existants en un procédé BeFlow, à moindre coût. L’augmentation de capacité sur des ouvrages existants est de l’ordre de +40 à +60%, en fonction des contraintes de cloisonnement et de la ligne hydraulique existante.

Notre actualité

Découvrir la tribune de l’eau

Article

Nous recrutons